Grain de Cassis – 14 rue Rameau

A Dijon, dans un jeu de vitrines, les palais se confondent.

Des ducs aux papilles pointe une religion gustative dont les savoureuses prières s’égrènent, de la tradition à la curiosité, pour encourager le péché de gourmandise, éteignoir d’une diabolique morosité.

Cette épicerie propose ainsi de vous convertir au fil de son chapelet, dont chaque étape est une perle, fine ou baroque, du terroir.

Grain de Cassis…

Eponyme hommage à la Bourgogne dont la capitale se fait une renommée d’autres graines, fruits d’une spécialité mondialement réputée et localement  réappropriée grâce aux exploitations et aux productions 100% locales des moutarderies « Fallot » et « La Reine de Dijon« .

Un retour aux sources et à la tradition d’une fabrication au plus près de la consommation, jusqu’au fait maison, avec un coffret ludique proposé par « Radis et Capucine« .

Autre sauce d’accompagnement, le ketchup cassis, réduction du fruit, de son vinaigre et d’épices, est le nouvel ami des viandes, petits légumes et fromages, concocté dans les Hautes-Côtes de Nuits par « La ferme fruirouge« , qui offre, en production biologique, cette goûteuse alternative en plus des confitures, boissons et coulis issus plus généralement de ce petit fruit typique de la région.

Un produit d’exception quand il provient d’une variété de baies d’une qualité incomparable appelée Noir de Bourgogne, puissance d’un terroir que « Mickael Antolin » marie à l’élégance de la violette et à la délicatesse de la vanille, afin d’obtenir une crème de cassis qui se suffit à elle-même, à boire sur un lit de glaçons ou associée à des alcools forts, pour se recréer, libérée de l’aligoté.

Grain d’Orge…

Le fameux mélange n’en perd pas son statut de Nectar Star et l’homme d’église et d’état qui lui donna son nom y gagne par ailleurs un hommage fermenté avec « Elixkir » une brasserie artisanale de Couternon.

Ces bières, blanches, blondes ou ambrées, jouent avec le sacré, « sans foi ni loi« , trinquant au « péché du chanoine » sans prise de tête, « Ibu Profane » oblige…

« La Roteuse« , nom d’une toute jeune brasserie de Brochon, au-dessus de Gevrey-Chambertin, associe à l’une de ses mousses du poivre de cassis, pour un hommage encore plus affirmé.

L’orge malté permet, distillé, d’obtenir du whisky, « Mac Malden » lui octroie une touche bourguignonne, puisqu’il est élaboré à la manière d’un maître de chais, par Jean-Luc Maldant, un viticulteur de Chorey-les-Beaune.

Un whisky, élevé en Ecosse, appellation oblige, mais selon les goûts de ce vigneron bourguignon, avec des arômes, comme un grand vin et un « gras » en bouche tout en rondeur. Les étiquettes au froggy et à l’escargot apportant la touche Frenchy & Burgundy.

Grain de Raisin…

Pas d’épicerie fine à Dijon sans grands vins.

Surtout que l’une des propriètaires de « Grain de Cassis« , Stacie, est diplômée de l’Institut Universitaire de la vigne et du vin « Jules Guyot », composante de l’Université de Bourgogne.

Des champagnes et évidemment des grands crus de Bourgogne, aux noms qui laissent rêveur : Clos de Vougeot, Pommard, Fixin, pour la plupart issus des caves du domaine Méo Camuzet, à Vosne-Romanée, au coeur des « climats » classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Grain de caviar…

Des vins qui demandent un accompagnement digne de leur prestige.

« La conserverie artisanale de l’ile de Groix » propose un confit de homard au kari gosse, un confit de St-Jacques ou des rillettes d’huitres,  « Caviar de Neuvic » méle toute une famille dans des rillettes d’esturgeon au caviar tandis que les sardines « La perle des dieux » sont millésimées comme une bonne bouteille.

Boîtes de sardines « La perle des dieux » illustrées par les artistes peintres Delphine Cossais, la nantaise et Coralie Joulin, la rochelaise (Rose & bleu)

La terre n’a pas à rougir par l’apport en foie gras classique, de blocs de foie gras et de rillettes de canard signés « Duperier« , tandis que les truffes s’offrent à toutes les fantaisies, combinées aux morilles ou en jus chez « Plantin » et au miel d’acacia des «  artisans de la truffe« .

Pour des plats plus consistants « George Blanc » cuisine en pot de verre la potée bourguignonne (chou, lard et vin) ou le fameux boeuf bourguignon, à moins que vous ne préfériez un plat de pâtes « Haute Couture » avec les tagliatelles au safran dessinées par « Cornand« .

Epices précieuses pour donner du goût à la vie, gros sel de Guérande « French Cooker« , poudre, crème, gelée et sirop au piment d’espelette de la « Maison du piment« , produit du fruit, tandis que les fleurs en méli-mélo du « Comptoir des épices » accompagnent toute en légèreté un confit, décorent des glaces ou permettent, en tisane, de digérer en attendant le printemps.

Grain de soleil…

L’avantage de ces produits est de passer un hiver aux avant-goûts d’été.

Les « Ti rhums de Ced’« , une entreprise de Loire-Atlantique, nous invite au meilleur des îles paradisiaques : rhum agricole AOC de Martinique, vanille Bourbon de Madagascar et fruits mûris naturellement au soleil, pour des punchs aux saveurs d’ailleurs…

« Patrick Font » met le sud de la France, particulièrement St-Romain en Jarez, en bouteille par des nectars de melon, de fraise, de pêche de vigne, de mandarine, de fruit de la passion, de citron et d’orange sanguine.

« Coté garrigue » propose des sirops de fleurs et de fruits aux parfums de grenade, figue, fraise-basilic, coquelicot, violette, rose et lavande.

De son côté « Le comptoir des épices » concocte des fleurs givrées à croquer pour s’adoucir de leurs pétales en buvant un « MD l’autre thé« , bio aux arômes naturels, pour régression foetale « Au coin du feu » avec « thé de maman ».

Grain de sucre…

Toutes ces recettes permettent de se replonger en enfance, quel que soit son âge.

Les limonades « Elixia » elaborées et embouteillées dans le Jura, jouent sur le « revival » des vieilles bouteilles et des sodas aux parfums à buller, traditionnel, gingembre, fraise des bois et cola, source de jouvence.

Tout comme les confitures faites en bassine de cuivre, lentement mijotées, par Isabelle et Sylvain Olivier, de la « Ferme Fruirouge » à Nuits-Saint-George, ou par la fameuse alsacienne « Christine Ferber« , aux recettes originales, tomates vertes, poire william-chocolat noir, banane-jus d’orange, qui font sa renommée jusqu’à Hollywood.

Les stars, comme Brad Pitt, craqueront-elles pour le caramel à l’époisse de « La vigne du Pont » ?

Côté chocolat, « Le comptoir de Mathilde » fait régresser tous les quadras atteints par le démon de midi, par des pâtes à tartiner dont la base chocolat au lait noisette s’enrichit (!) de spéculoos, d’un surplus de fruits secs et d’un sucre pétillant pour papilles en pétard.

Eclair de génie à qui n’oublie les sucettes en chocolat agrémentées d’une industrieuse confiserie (Fraise tagada, smarties, collier bonbon) pour s’offrir des plaisirs à bon compte.

Plus traditionnel, pour ne pas dire adulte, « Michel Cluizel« , chocolatier normand, manipule à merveille les grands crus d’origine (Madagascar, Mexique…) aux parfums et saveurs délicates qui quelquefois se marient à des mendiants ou des framboises-cranberries pour un boost hautement fruité.

Pour les plus téméraires, la plaque aux 99% de cacao vous plonge en sensation amer…

Grain de folie…

Une expérience de « ouf » pour qui ne s’est pas encore posé la question de l’apport protéinique contrôlé !

Il existe pourtant une alternative au steak et au tofu.

« Jimini’s » élève aux Pays-Bas et met en boîte, en région parisienne, la bonne conscience du Pinocchio de Walt Disney.

Déshydratés et assaisonnés, les criquets, grillons et molitors (vers de farine) accompagnent les apéritifs à la Koh-Lanta des aventuriers urbains des divans.

C’est surtout, au-delà d’un simple challenge, une vraie réponse aux problèmes écologiques et nutritionnels.

Manger des insectes est déjà une réalité, même une tradition, en Afrique où l’on consomme particulièrement des chenilles, en Asie, les coléoptères et criquets frits se vendent sur les marchés ; au Mexique, les oeufs de fourmis se dégustent avec une sauce à l’ail.

Tentez donc l’aventure chez « Grain de Cassis » qui cultive le meilleur et l’inattendu afin de satisfaire vos plaisirs et de vous convertir aux saveurs de l’avenir.


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Les petites graines – 3 rue Auguste Comte

Depuis septembre 2013, Gaëlle et Olivia, ont créé un univers dédié aux enfants, des vêtements à la décoration en passant par ateliers créatifs et animations festives.

Un jardin aux teintes pastel, à la faune doudou et aux loisirs ludiques pour des moments privilégiés entre « petites graines » avides de pousser, arbres maman et papa voulant se relaxer et forêt familiale prête à célébrer un nouveau printemps.

L’espace est divisé en deux parties : boutique sur rue, qui attire l’oeil par les petits trésors d’enfance affichés en vitrine et les salles d’atelier, au fond, pour plus d’intimité dans les différentes activités.

Et vous voilà immergés immédiatement dans un univers protecteur et onirique, que l’on peut, après les séances, transporter chez soi.

Gaëlle et Olivia proposent des produits originaux qui répondent à des valeurs écologiques et équitables.

« N°74 » est la marque de deux cousines italiennes, Poupy Sfez, installée en France, et Nancy Fanton qui parcourent le monde afin d’élaborer une collection d’objets textiles et de meubles pour enfants.

L’univers de princesses et de fées (Qui, bien élevées, laissent leur baguette à l’entrée) est d’une richesse d’imagination, de fantaisie et de rêves à nul autre égal que celle du coeur, ces produits étant conçus en Italie et fabriqués en Thaïlande, au sein d’une coopérative de femmes des campagnes qui leur permet de vivre et leur évite ainsi d’aller en ville, où la prostitution est souvent la seule alternative possible.

Une marque qui a le vent en poupe et dont la variété des produits (déguisements, vêtements, linge de lit, accessoires…) et les valeurs humaines permettent de sauvegarder le savoir-faire et la dignité des femmes.

D’une conscience solidaire à écologique avec « Poudre Organic » dont les vêtements cocon, dessinés à Auxerre et fabriqués au Portugal, présentent des motifs raffinés et des teintes douces pour des vêtements et du linge pour bébé entiérement réalisés à partir de coton biologique.

Scalaë

Les tissus responsables se plient à toutes les volontés d’ornements de charme et à tous les désirs calins avec les poupées oiseaux douillets de la marseillaise « Scalaë »  (Paon, cygne noir et perroquet de fantaisie), avec les mannequins espagnoles « Minina Love » aux mensurations interdites de défilés malgré leurs jambes interminables, et avec le zoo de contes de fées de « Talena et Louison« , souris de Cendrillon parées pour le bal sur le dos d’une Licorne.

Minina Love

De quoi donner des envies aux princesses, hôtesses de ces chambres bestiaires, qui dans la même marque trouveront des bijoux, accessoires et barrettes, à moins de ne préférer les serre-têtes de « Nini la Duchesse » ?

Niveau jeux, la tendance est aux classiques nomades 100% français.

« Les jouets libres » conçoivent des pochettes en tissus transportables pour jeu de dames ou de morpions en plein air et mouton « Woody » à rhabiller pour l’hiver.

« Ratatam ! » dont les ballons et les jeux de boules oscillent entre GRS et tendance disco.

Tandis que « Deuz » propose des tapis de jeu, tapis bébé, en coton bio fabriqués en Inde dans un atelier solidaire, et des jeux d’éveil à emporter partout.

Une mobilité et une phase d’appropriation qui permet à l’enfant de développer son imagination et sa créativité en accord avec l’évolution de son mode de pensée et de ses capacités.

Une manière de pousser sans contrarier sa personnalité naissante.

C’est dans ce but que « Les petites graines » proposent toute l’année des ateliers pour les enfants de 3 à 10 ans : art plastique (Lundi 17h30-18h30), éveil à la danse (Mardi 17h30-18h15), chant (Mercredi 11h-11h45), cuisine (Mercredi 15h30-17h00), expression corporelle (Mercredi 17h30-18h15) et initiation à l’anglais « Fun in English »  (Samedi 10h30-11h15 & 11h15-12h), menés par des intervenants spécialisés.

Autant d’opportunités pour l’enfant de s’ouvrir à la diversité du monde, d’appréhender l’espace et son corps, tout en lui permettant de découvrir ses capacités et peut-être une passion au sein d’un espace de sociabilisation.

Une phase d’auto-découverte qui suit les ateliers destinés à l’interaction entre l’enfant et ses parents, par l’éveil musical (Lundi 9h45-10h30 & 10h30-11h15), l’atelier créatif (Vendredi 10h-11h) et l’éveil corporel (Samedi 9h40-10h25).

Les parents ne sont pas en reste puisque des ateliers spécifiques à une certaine « remise en forme » leur sont proposés le jeudi, Stretching Postural (9h30-10h30) selon la méthode Moreau pour rééquilibre corporel et renforcement du dos mis à rude épreuve par les assauts quotidiens de portage familial, et Apéro créatif (19h15-20h45) pour échange de bons plans entre nouveaux parents.

Les samedi et dimanche après-midi sont l’occasion d’observer l’évolution de ces « petites graines » qui poussent au fil des anniversaires, des ateliers ludo-éducatifs et des stages éducatifs de vacances, autant de périodes d’arrosages ludiques et culturelles afin de pousser en harmonie avec ses défauts et ses qualités.

N°74

Musée d’Art Sacré – 17 rue Sainte Anne

Ralliez-vous au dôme de cuivre vert, surmonté d’un globe à la croix dorée, pour trouver l’un des musées de la ville de Dijon le plus spirituel et magique qui soit à un mois de Pâques.

Musée d’Art Sacré – Eglise Sainte Anne – XVIIe siècle

L’église Sainte Anne, sainte patronne de Dijon, était le sanctuaire du monastère des Bernardines qui abrite aujourd’hui le musée de la vie bourguignonne.

Classée monument historique en 1945, et depuis désaffectée, elle est le réceptacle du musée d’Art Sacré, créé en 1979, afin de recevoir les objets ayant pour but l’expression du sacré.

Objets qui ne trouvaient plus leur place après Vatican II, où qui pouvaient être exposés, notamment dans les campagnes, aux vols qui se multipliaient alors.

Musée d’Art Sacré – Intérieur de l’église Sainte Anne – Autel en bois et marbre polychrome réalisé par le sculpteur dijonnais Jean Dubois (1625-1694)

Dijon est l’une des première ville à se préocuper du sort de ces objets, passant du cultuel au culturel.

Son créateur et premier conservateur est Jean Marilier (1920-1991), chanoine de la Cathédrale de Dijon, historien, médiéviste et conservateur des Antiquités et Objets d’Art de la Côte-d’Or (1970-1988).

Son travail considérable permet d’embrasser du regard neuf siècles, du XIIe au XXe, de l’art sacré en Bourgogne et de suivre à travers la peinture, la sculpture, l’orfévrerie, le mobilier et les ornements liturgiques l’évolution du goût et du culte souvent très différent de celui pratiqué de nos jours dans les églises catholiques.

Vierge à l’enfant, anonyme, bois polychrome, XIVe siècle, provient de l’église de l’Assomption de Vandenesse-en-Auxois

Le musée met aussi l’accent, par des objets et des panneaux éducatifs, sur la vie des moniales de différentes congrégations (Bernardines, Carmélites, Cisterciennes…), leur quotidien entre pratique religieuse et les différentes activités, dont l’éducation des jeunes filles.

Mais regardons d’un peu plus près certains objets, choisis pour leur histoire, leur aspect curieux ou ludique, pour leur richesse ou simplement pour leur beauté.

Commençons par Le petit roi de Grâce qui provient du Carmel d’autun.

Le petit roi de Grâce entouré d’ex-voto, plâtre peint, drap d’or, fourrure, pierres précieuses, verre taillé, perles, métal doré et bois, XIXe siècle, provient du Carmel d’Autun

Cette figure enfantine, aux traits d’un beau poupon richement vétu, trouve son origine au Carmel de Beaune dont les moniales, et particulièrement la fondatrice Marguerite du Saint-Sacrement, ont beaucoup prié pour que la Reine Anne d’Autriche, après 22 ans de mariage, ait enfin un Dauphin à offrir à la France.

Voeux exaucés le 5 septembre 1638, ce qui vaudra à ce Carmel les largesses royales .

Marguerite du Saint-Sacrement fera alors rayonner l’esprit d’enfance, entre le prince appelé à régner et le roi éternel, Jésus, créant une figure nouvelle dans la vénération christique.

Nous retrouvons ici l’une de ces figures, datant très certainement des débuts de la Restauration, qui a fait l’objet de dons et d’ex-voto, particuliérement de Croix de la Légion d’Honneur.

Dualité étonnante, de l’offrande d’un ordre à l’origine militaire, afin d’obtenir des grâces auprés de l’image du rédempteur des plaies du monde.

Autre curiosité, mystique : Un Paradis sous vitrine. Représentation miniature, où huit novices et quinze professes vaquent à leurs activités quotidiennes tandis qu’à une échelle sur-humaine, qui marque la supériorité divine, une Crucifixion domine le paysage bucolique.

Paradis, verre filé, verre soufflé, terre cuite, papier, bois, coquillages, végétaux séchés, gravure sur papier découpée et collée, XVIIIe et XIXe siècles, Provient du Carmel de Dijon puis de Beaune

Allégorie étonnante, entre le rêve spirituel et l’objet d’une foi ardente, à la représentation très médiévale, même si nous sommes au XIXe siècle, la grotte de Lourdes étant représentée juste au dessus de la Vierge.

Plus quotidien dans la pratique du culte, un fer à Hosties du XVe siècle, un outil au combien utile dans une congrégation.

Fer à Hosties, acier forgé et gravé, XVe siècle

On note aussi la présence de nombreuses reliques dont l’Eglise a abandonné l’usage lors des différentes réformes religieuses.

Reliquaire d’une côte de Saint Bernard, Abbaye de Clairvaux

Des meubles entiers sont les présentoirs de ces ossuaires mystiques.

Présence aussi de nombreuses statues de saints, de différentes époques mais toujours d’une grande qualité qui en a fait classer bon nombre par les monuments historiques.

Saint Sébastien, anonyme, bois polychrome, XVIIe siècle, Provient de l’église Saint-Bernard de Fontaine-lès-Dijon

Une bonne façon de les préserver des pilleurs-revendeurs.

Le musée d’art sacré expose aussi des objets liturgiques et de piété d’une grande richesse, par les matériaux et l’ornementation.

Dans le choeur des religieuses, la présentation particulièrement somptueuse de l’orfévrerie, par époque, permet de marquer l’évolution de la manière.

Orfévrerie, XIXe siècle, ciboires, burettes et plateaux, calices et paténes, argent et laiton doré

Se trouver face à ces vitrines étincelantes montre toute la magnificence et le décorum que l’Eglise, jusqu’au milieu du XXe siècle, a mis en place pour marquer le sacré de la plus belle des façons.

Prestige des métiers d’art qui a permis de faire vivre de nombreux artisans, tout en perpétuant des savoir-faire que des objets moins voyants n’auraient pas portés aussi haut.

Non loin de ces cascades de cristal et d’argent doré, on peut apercevoir l’objet le plus délicat du musée.

Un crucifix, avec son écrin d’origine, que le Pape Alexandre VII a offert à l’ex-Reine Christine de Suède qui venait de se convertir au catholicisme auprès du Souverain Pontife.

Crucifix dit de Christine de Suède (1626-1689), Reine de Suède (1632-1654) ; cristal de roche, coquille de coco, améthyste, rubis, diamant, lapis, agathe sardoine, or ; Italie, XVIIe siècle ; Provient de l’hôpital général de Dijon

Lors de son retour de Rome, la Reine Christine passe par Dijon, le 27 août 1656, reçue selon son rang et assez ravie de cet accueil pour l’offrir à un ecclésiastique, aujourd’hui inconnu, qui le revendit rapidement à l’Abbé Montcrif, chanoine et doyen de l’Evêché d’Autun.

On en perd ensuite la trace, pour le retrouver en 1742 acheté par Claude Joly, prètre de Saint-Nicolas de Chatillon, dont le petit-neveu hérite bien des années plus tard pour enfin l’offrir, en 1859, à l’hôpital général de Dijon afin d’être placé, à perpétuité, a proximité du tombeau du Bienheureux Bénigne Joly.

La perpétuité s’est éteinte dés le début du XXe siècle, pour des raisons de sécurité aux vues de la richesse de l’objet, et ce n’est que depuis 2012 que ce crucifix, papal et royal, est à nouveau visible, tout en étant toujours la propriété du CHU de Dijon.

Que de belles histoires ce musée ne recèle-t-il pas ?

Voyagez en Bourgogne sur le mode liturgique, découvrez le sens premier des objets cultuels et ressentez l’évolution des pratiques et des sensibilités religieuses.

Car le sacré, alliance de l’inaccessible et de l’espoir, porte en ce musée la clé de bien des bonheurs.

Le premier est de retrouver, par l’image, un principe essentiel de toute croyance : le sens des valeurs.

Jacques 1er Laudin, La charité de Saint Martin, Limoges, émail sur cuivre, après 1650, Dépot du Musée des Beaux-Arts de Dijon, collection Dard

Le musée d’Art Sacré de la ville de Dijon est classé Musée de France.

L’entrée est gratuite et ouverte tous les jours, sauf les mardis, ainsi que les 1er et 8 mai, le 14 juillet et les 1er et 11 novembre, le 25 décembre et le 1er janvier

Mulot & Petitjean – 13 Place Bossuet

Depuis plus d’un siècle deux noms attisent la gourmandise des Dijonnais : Mulot et Petitjean.

Une Maison, héritière d’un savoir-faire d’exception, qui a fait de Dijon, dès la fin du XIXe siècle, la capitale française du pain d’épices.

Hôtel particulier du XVe siècle devenu au XVIIe la propriété de la famille Catin de Richemont, qui lui a laissé son nom. Depuis 1805 c’est une Maison de pain d’épices…

Une succulente dignité qui se perpétue dans une maison à colombage, dont les murs sont ornés de décorations à dévorer.

Une histoire digne des frères Grimm et dont les origines, en effet, ne sont pas éloignées d’un conte de fées.

Depuis 1796 et la fabrication de pain d’épices à « façons de Reims et Montbeillard » l’identité dijonnaise s’est affirmée, au fil des alliances et des huit générations qui, après le fondateur Barnabé Boittier, ont perpétué la tradition tout en suivant l’évolution des techniques de fabrication et de vente.

Boîte à délices due au graphiste Benoit Heureaux

Un savoir familial et une manière artisanale que seul Mulot & Petitjean a su lier au monde moderne.

Fusion des archives et de l’innovation, couronnée en  2012 par le label « Entreprise du Patrimoine Vivant« , une première dans le domaine de la gastronomie.

Ainsi Mulot & Petitjean est, aujourd’hui, le gardien et le fournisseur, de tous les mythes, les histoires et les rêves que le pain d’épices porte en sa nature inédite :

De son origine, très vraisemblablement Chinoise, dans ce pain de miel, le Mi-Kong, que l’on retrouve au XIIIe siècle parmi les rations des cavaliers de Gengis Kahn. Du pain fortifiant, qui donne l’énergie et la force aux guerriers.

Au Pavé de Santé, cette recette spécifique à Dijon, faites du mélange de farine, de miel et de sucre (La pâte mère) qu’on laisse reposer une ou deux semaines avant d’ajouter des jaunes d’oeufs, de la poudre à lever et une épice en particulier, l’anis. Pas de matiéres grasses (Ni beurre, ni lait) ce qui donne un pain qui se conserve longtemps et qui est particulièrement recommandé pour la forme physique.

Des textes qui mentionnent, dès le XIVe siècle, le goût de Marguerite de Flandre, épouse du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, pour le boichet, une patisserie à base de farine de froment et de miel blanc.

A cette spécificité dijonnaise d’utiliser la farine de froment, au contraire des Alsaciens qui utilisent la farine de seigle, afin d’obtenir une consistance plus ferme.

Des souvenirs d’une enfance pas si lointaine où le pain d’épices était une gourmandise de fêtes, tout comme les oranges, fruits exotiques, que l’on offrait, à l’unité, à Noël.

A ces nonettes, garnies de marmelade, et de multiples autres saveurs de confitures, présentées dans des boites cylindriques en métal reprenant d’anciens dessins aux motifs chargés de gloire et d’émotion.

Mulot & Petitjean sait faire vibrer la corde sensible d’une époque idéalisée par la notre, à la recherche de repaires dans la nostalgie.

Aussi retrouve-t-on dans les magasins ces petites images à collectionner, les chromo-graphies, actualisées par les exquis dessins naïfs de l’illustratrice Berthine Marceau.

L’entreprise s’amuse avec son image, elle en joue, même si ses produits sont toujours en osmose avec le décor de la splendide boutique de la place Bossuet.

Boiseries aux teintes sucrées où figure, en dessous d’une tête féminine, le blason de la ville de Dijon (A la légion d’honneur reçue en 1899). Signe du lien très fort entre la cité et le fabricant de pain d’épices

Un style éclectique, de tonnelles en trompe-l’oeil, de rocailles et d’un gris trianon teinté de l’esprit d’une exposition universelle Belle Epoque, qui sert d’écrin aux productions maisons, aux marchandises amies (Moutarde, bonbons et liqueurs), ainsi qu’aux recettes sauvegardées.

On peut citer particulièrement les Jacquelines, du nom de la compagne de l’automate Jacquemart, un coeur praliné, ou nougatine, enrobé de glace royale, comme une meringue.

Cette recette créée en 1926 par Anthonin Michelin, patissier très renommé à Dijon au début du XXe siècle, a été rachetée en 2002 par Mulot.

Cette initiative, combinée au rachat d’autres marques de pain d’épices, tel Auger, font de Mulot & Petitjean les gardiens d’un certain savoir-faire dijonnais, ce qui donne encore plus d’impact au label de Patrimoine vivant.

L’objectif est évidemment de conserver mais aussi de développer cette production à l’origine manuelle.

L’entreprise va de l’avant et enrichie sa gamme.

De la tradition des pavés à la coupe…

Au-delà des pavés à la coupe, des pains d’épices aux décorations de fruits confits (Comme la galoche), et des nonettes aux parfums variés (Framboise, cassis, abricot, citron et chocolat), on trouve des produits spécifiques aux saisons et aux fêtes (Figurines de Noël), mais aussi à un nouveau mode de vie.

… à l’innovation des produits du quotidien festif

La vogue des apéritifs dinatoires, inspirée des tapas espagnols, se retrouve dans des pains d’épices aux graines et sons de moutarde, ou aux olives noires et tomates, sans pour autant oublier le traditionnel pain d’épices tranché spécial toasts.

Une innovation ancrée dans l’ADN de Mulot & Petitjean, déjà présent sur le marché bourguignon et de la région parisienne (via la grande distribution), avec une production de 500 tonnes par an, et qui compte bien s’attaquer d’ici peu à la région lyonnaise.

Cet objectif a entrainé l’extension de la fabrique historique, qui depuis 1912 se trouve Boulevard de l’Ouest.

En tout 1000 m2 d’extension, pour la fabrication et un musée de 400 m2, autour de l’Histoire du pain d’épices et du riche patrimoine de Mulot & Petitjean, à découvrir ici.

Affiche-réclame de la fin du XIXe siècle (vers 1895), avant l’alliance avec la famille Petitjean.

Occasion nouvelle d’apprécier l’évolution d’une Maison artisanale préte à conquérir le Monde, grâce aux bienfaits de son éternel pavé de santé (?), tout en renforcant la mémoire sacrément gourmande de Dijon, cité internationale de la gastronomie.


Mulot & Petitjean  a trois boutiques à Dijon :

L’historique, 13 place Bossuet, au 16 rue de la Liberté et au 1 Place Notre-Dame.

Elles permettent, entre autres, de se fournir en glacé mince, à tremper dans le vin, en Malakoff, un « casse-dent » aux amandes et en pavé à la figue, excellent avec un foie gras.

Opéra de Dijon – La Flûte enchantée

Le printemps arrive, annonciateur des désolations de l’été, de ce soleil ravageur qui vous étouffe et calcine les verts paturages devenus désert au sol blanchi, craquelé et stérile.

Eh oui la « Belle saison » n’a rien de féérique !

Tel est le décor d’ouverture de cette Flûte enchantée présentée à l’Auditorium et pour la première fois à Dijon en version originale, en langue allemande surtitrée en français, et sur les instruments d’époque des Talens lyriques, un ensemble de musique baroque créé et dirigé depuis 1991 par Christophe Rousset, claveciniste.

Le célèbre opéra de Mozart qui dès sa création en 1791 connu un énorme succès, encore aujourd’hui toutes les dates étant complètes, est en fait un « Singspiel », une sorte d’opéra-comique qui se caractérise par l’alternance de dialogues parlés et d’air chantés et par une atmosphère « magique » où le bien et le mal s’opposent.

Cet espace dévasté, cette lande délaissée, où seuls demeurent des hommes, nomades, vêtus de déchets en surnombre et coiffés de crânes d’animaux, hommage posthume à la faune disparue, est le territoire de la Reine de la Nuit.

Maquette du décor du Ier acte par ©David Lescot

Une nuit caniculaire qui oppose sa souveraine à un ancien amant, Sarastro, dans la lutte pour la garde de leur fille adorée, Pamina.

La jeune fille se trouve écartelée entre le royaume de sa mère, une terre devenue enfer, et le temple souterrain de son père, décor du IIe acte, un centre commercial désaffecté où elle est tenue prisonnière.

C’est ainsi que la Reine confie à un jeune homme, le prince Tamino, le soin de délivrer sa fille des griffes d’un père qu’elle ne connait pas.

Muni d’une flûte enchantée qui l’aidera dans sa mission et accompagnée de Papageno, un étrange oiseuleur rencontré au début de son périple, Tamino pénètre dans un univers parallèle au nôtre, miroir à peine déformé.

Ainsi, la lutte entre la Reine de la nuit et Sarastro se joue en guerre des sexes dont l’enfant est le centre stratégique, et le temple de Sarastro, lieu de spiritualité et d’ascèse s’oppose à sa zone refuge, supermarché au mercantilisme et à la surproduction en deliquescence.

Une scénographie qui interroge notre quête de bonheur absolue, qui souvent se mesure aux degrés de lumière et à la quantité d’objets qui réchauffe notre coeur de consommateur.

Elle oppose la souveraineté obscure, sommet des plaisirs mercantiles au chant de furie, hypnotique, à une spiritualité « éclairée » censée rendre l’Homme meilleur, nouvelles vertus eco-responsables.

Air de la Reine de la Nuit – « Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen » – Acte 2

A l’origine, Mozart opposait une certaine forme d’absolutisme, dont il a été victime à Salzbourg, à la lumière des loges maçonniques, dont il était membre, censées accueillir chacun selon ses qualités et non ses origines pour refonder une humanité égalitaire.

La musique devient alors une arme contre les dérives d’un pouvoir autoritaire, la flûte enchantée et les clochettes de Papageno permettent non pas de lutter contre le mal mais de se découvrir intérieurement, par un chemin d’épreuves, et extérieurement, par l’alter ego qui partagera votre parcours.

A chacun sa chacune – Tamino & Pamina, Papageno et son ôde à « Papagena » – Acte 2

La mise en scène de David Lescot, les costumes de Mariane Delayre, qui ont fait l’objet d’un financement participatif « Habillez nos chanteurs », la magie des Talens Lyriques et l’agilité du choeur de l’Opéra de Dijon et de la Maitrise de Dijon, révèlent tout l’aspect onirique du dernier chef-d’oeuvre de Mozart, testament virtuose qui demande à réinventer le monde en le réenchantant.

Croquis des costumes des créatures dessinés par ©Mariane Delayre

En écho au jeune Mozart qui le 16 juillet 1766, à l’âge de 10 ans, a donné un concert à l’Hôtel de Ville de Dijon, actuelles Archives Départementales, 8 rue Jeannin, les enfants se réapproprient son dernier chef-d’oeuvre.

La Flûte (ré)enchantée est un programme pédagogique initié par l’Opéra de Dijon dans le cadre de ses activités culturelles avec une classe de 6e du collège Henri Dunant de Dijon.

Les élèves ont travaillé le chant et la dramaturgie de cette Flûte, réécrite et mise en scène par Ismaël Gutiérrez, tandis que la musique est assurée par l’Orchestre des Jeunes des Talens Lyriques, élèves de 3e du collége Balzac, Paris XVIIe.

Une réinterprétation juvénile, clin d’oeil heureux à la fantaisie de Mozart, à découvrir le 23 mars à 18h30 dans le foyer de l’Auditorium de Dijon en avant-spectacle de la représentation de La Flûte Enchantée de 20h et le 31 mars à Paris (Lieu à définir – Renseignements au 03.80.48.82.52)

Les Halles centrales

Panier à la main, baguette sous le bras, petit verre de blanc entre deux achats, étals colorés et parfumés invitant à la convivialité, envie de cuisiner, désir de partager.

Un temple des plaisirs païens qui depuis 1875, sur l’emplacement de l’ancien couvent des Jacobins, présente une armature métallique qui reprend à l’Antique son décor (Pampres de vigne, têtes de chevreuil, de sanglier, profil de Cérès, déesse de la moisson et d’Hermès, dieu des échanges et du commerce), et ses sacrifices rituels à la bonne chère.

Autant de symbôles offerts à la démesure d’un lieu destiné à proposer chaque matin à la ville les produits digne de sa dimension gastronomique : Quatre pavillons articulés autour de deux allées principales en croix, 4400 m², 13 mètres de haut, 246 boutiques, 14 annexes et 728 bancs propres à accueillir les produits de saison et de région.

Miel du Morvan, pain bio ou sans gluten, spécialités allemandes ou portugaises, gibier d’automne, agneau de Pâques, épices, herbes aromatiques, fromages d’abbayes, produits bretons, brioche d’escargot, bonbons d’antan, viandes primées, poissons frais des marées, vin au verre à la buvette du marché.

Même en cette fin d’hiver les couleurs sont multiples, les conversations se mêlent aux rires et aux choix cruciaux d’un week-end dont la table se voudra inoubliable.

La sympathie est de mise, les échanges riches de ce que les papilles proposent aux cordes vocales, une ambiance de marché typique qui quatre fois par semaine (mardi, jeudi, vendredi et samedi matin) s’étend autour de l’édifice classé aux monuments historiques.

Un écrin de prestige pour produits d’exception dont les vendeurs sont bien souvent les producteurs, ce qui garanti une certaine qualité et fraicheur en plus d’un échange direct sur les conditions de fabrication.

Les Halles sont ainsi, à Dijon, un passage obligé pour ne pas rompre avec la convivialité : parler, goûter, acheter et partager dans une folle farandole d’êtres « épanouis, enivrés et heureux« .

Si malgré tout vous ne voulez, ou ne pouvez, pas vous laisser emporter par la foule, depuis décembre 2016, Michelle Poinsot, propriètaire des Salaisons de campagne, une boutique de charcuterie et de produits traiteurs, et Patrick Lebas, journaliste militant du terroir et du bien manger, ont créé « La Conciergerie des Halles« .

Un service pour faire son marché en ligne, des produits de Michelle Poinsot, aux poissons de la famille Saint-George, en passant par les fruits et légumes de Françoise Da Silva, les viandes et volailles de Jean-François Chenu et les fromages fermiers de Patrick Bartalucci.

©La Conciergerie des Halles

400 références, en plus d’une sélection de vins et de produits d’épicerie fine, de la tablette au frigo en illico presto.

Soit vous venez chercher vos produits aux halles, pour profiter de l’ambiance, au point de retrait de la conciergerie, soit vous vous faites livrer dans toute la France dans le respect de la chaîne du froid, grâce à Chronofresh de Chronopost.

Si même l’envie de mettre la main à la pâte n’y est pas la Conciergerie propose également des services sur-mesure pour les événements privés ou professionnels, de la préparation des buffets aux plateaux dégustations.

Ainsi, à pied, en panier, en vélo, en voiture ou directement sur canapé les Halles vous invitent à la diversité, à la qualité et aux échanges de bon goût.

Musée Rude – 8 rue Vaillant

Les aléas et les gloires de l’histoire dijonnaise se concentrent en un lieu dont le culte est désormais dédié aux Beaux-Arts.

Au Ve siècle, suite au saccage de Langres, siège épiscopal, Dijon accueille un groupe cathédral, dont l’église Saint-Etienne établie sur les fondations du rempart gallo-romain, le castrum, édifié vers 270 pour protéger « Diviomagus » (Antique Dijon) des invasions barbares.

Au XIIe siècle, Saint-Etienne devient une riche et importante abbaye dont l’église sera reconstruite plusieurs fois au cours des siècles jusqu’à devenir un temps, de 1731 à 1789, cathédrale.

Désaffectée en 1792 devenant Halle aux blés, bâtiment municipal, bourse et chambre de commerce, c’est depuis 2009 le centre administratif culturel de la ville qui regroupe le pôle documentaire, la conservation, le service des publics, l’administration du musée des beaux-arts, la Société des amis des Musées de Dijon ainsi que la bibliothèque municipale de prêt adultes du centre-ville.

Un ensemble appelé « La Nef » en référence à son emplacement dans l’église Saint-Etienne dont chaque espace, malgré les transformations, a été préservé pour offrir au public un large éventail de l’histoire et des gloires dijonnaises.

Ainsi le choeur permet de brasser du regard quelques siècles d’architecture, des restes du castrum du IIIe siècle dont on mesure la largeur, jusqu’à la crypte du XIe siècle dont on perçoit encore les bases de l’ancienne élévation.

Quant au transept, il a été aménagé en 1947 pour accueillir le moulage du « Départ des Volontaires de 1792« , communément appelé « La Marseillaise« , célèbre sculpture réalisée par François Rude sur le pied droit de l’Arc de Triomphe de l’Etoile à Paris.

Ce haut relief impressionnant, incrusté dans la voûte de l’édifice sacré, répond à d’autres moulages dont les oeuvres originales sont conservés au musée des Beaux-Arts, malheureusement mises au secret jusqu’en 2019, date prévue pour l’achèvement des travaux de rénovation des salles dédiées à l’art moderne.

D’ici là le musée Rude est la seule occasion de découvrir la virtuosité technique d’un artiste hors du commun.

François Rude est né le 4 janvier 1784 à Dijon, il entre dès 1800 à l’Ecole de Dessin de François Devosge pour suivre un enseignement fondé sur le dessin et le modelage d’après l’antique et le modèle vivant.

En 1807 recommandé par son maître auprès de Vivant Denon, directeur des Musées impériaux, François Rude quitte sa ville natale pour Paris.

Il fréquente quelques ateliers d’artistes avant d’être admis à l’Ecole impériale des Beaux-Arts en 1809 et d’obtenir le premier prix de Rome en 1812 avec « Aristée déplorant la perte de ses abeilles« .

Un thème classique, annonciateur des prochains tourments de l’Histoire qui ont amenés Rude, à la chute de l’Empire, à s’exiler avec son protecteur dijonnais, Louis Fremiet, à Bruxelles.

Ce n’est que 12 ans plus tard, en 1827, à son retour définitif à Paris qu’il affirme un talent qui le désigne comme l’un des principaux sculpteurs de sa génération.

Le sens de l’esthétique classique, la modernité de certains de ses sujets (« Le Petit pêcheur napolitain » – salons de 1831 et 1833) et une exaltation des gestes et des regards historiques l’amènent à réaliser son chef-d’oeuvre, cette « Marseillaise » sculptée qui emprunte à l’antique les costumes de ces héros révolutionnaires à l’expressivité romantique.

Rude apporte à ses réalisations une force vivante qui nous entraîne, même sans connaitre la personne ou le sujet représenté, dans un mouvement, dans un élan communicatif.

Le Maréchal Ney – 1838 – Plâtre (surmoulage)

Comment ne pas vouloir suivre la fougue du Maréchal Ney, comment ne pas entendre les voix qui résonnent dans le regard écarquillé de Jeanne d’Arc ?

Jeanne d’Arc écoutant ses voix – 1845 – Plâtre (surmoulage)

Les oeuvres de Rude renvoient à la nature humaine, à ses motivations, ses émotions, ses actions, qui font de l’artiste le grand maitre du romantisme sculpté dans le monument national.

Le lieu est réduit, la poussière du temps apporte une jeunesse à essuyer les plâtres mais quelle puissance extraordinaire ne renferme t-il pas !

Rude y gagne un hommage de sa ville en un concentré d’inspiration, de sublimation et de glorification d’une Histoire de France qui vous éclate en plein regard.


Musée Rude – 8 rue Vaillant – Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 h à 17h – Entrée gratuite comme dans tous les musées de la ville de Dijon